Vers une économie circulaire

08 novembre 2017

Réduire les déchets, développer le recyclage, créer de nouvelles filières et poser ainsi les bases d’une économie circulaire dans le textile, ce sont les ambitions de Retex, un programme euro-régional recouvrant les Hauts-de-France, la Wallonie et la Flandre.

Un projet à visée écologique et économique, Retex cherche à mettre en place de nouvelles filières de transformation et de recyclage de déchets et produits en fin de vie issus de l’industrie ou de la consommation de textile. Cette mission doit réduire l’impact environnemental de la filière mais doit aussi être viable sur le plan économique. Il opère dans un cadre euro-régional réunissant les Hauts-de-France, la Wallonie et la Flandre doté d’un tissu industriel dans le textile et l’économie solidaire dense. L’euro-région est le siège de 1.130 établissements employant 33 200 personnes dans la production de fils ou tissus pour l’habillement, l’ameublement ou des usages techniques. Quant au recyclage textile, ce secteur bien équipé compte plus de 75 entreprises employant environ 1 800 personnes. Dans un rayon de 150 km, l'Euro-région regroupe des capacités de tri et de traitement de 50% des gisements générés.

Compo2

INFORMER ET MOTIVER

Autrefois courante, la réutilisation des déchets a peu à peu disparu de l’industrie textile. Les entreprises cherchant aujourd’hui à mettre en place des filières de recyclage font face à de nombreux obstacles que Retex veut aplanir, notamment en décloisonnant les filières pour permettre à de nouvelles opportunités et solutions de voir le jour. Autre approche pratique et pragmatique, l’identification des déchets et produits textiles en fin de vie non ou mal valorisés à ce jour. Un questionnaire envoyé aux PME de l’eurorégion doit permettre de créer une base de données quantifiée et qualifiée concernant non seulement les déchets générés par les entreprises du secteur, mais également l’ensemble des matériaux qu’elles utilisent. Celle-ci sera disponible en ligne avec d’autres services, dont une matériauthèque, une bourse d’échange et une base de connaissances sur le plan technique, marché et projet (www.dotheretex.eu).

Au-delà de l’identification d’une « offre », Retex cherche parallèlement à faire naître une demande de produits textiles à recycler. Celle-ci pourra se faire en ligne mais aussi par le biais de journées de sensibilisation et d’ateliers destinées aux acteurs en recherche de solutions de recyclage ou ayant déjà mis en place des processus de réutilisation. L’approche transectorielle du projet Retex permet d’envisager non seulement des débouchés au sein de la filière textile mais également dans les plastiques.

En recouvrant trois régions ayant un héritage textile riche et varié, Retex multiplie les possibilités de partenariat et d’innovation. Le programme, qui se déroule jusqu’en 2020, est soutenu et cofinancé par de nombreuses institutions dont le Fonds européen de développement régional, la région des Hauts de France, la Métropole européenne de Lille, la République française, l’Ademe, la Wallonie, la Provincie Oost Vlaanderen et la Provincie West Vlaanderen. Doté d’un budget de 1,61 millions d’euros, Retex fait partie du portefeuille GoToS3, programme de coopération transfrontalière Interreg V France-Wallonie-Vlaanderen.

Pas de temps, ou plutôt « pas de textile à perdre », dit le slogan Retex dont le projet consiste finalement à renverser la logique actuelle en faisant des déchets d’aujourd’hui les ressources de demain.