Utexbel : une volonté claire de boucler la boucle

04 février 2019

Société familiale, dont le siège est à Ronse, Utexbel est engagé, avec Retex, dans le développement d’une filière industrielle de recyclage de vêtements en fin de vie. Les essais en cours sont prometteurs.

Utexbel 04 Frx Uitrekbank 01 Utexbel 18 2De Visite 01 Utexbel 09 Fru Open End 01

Entreprise intégrée verticalement de la fibre au tissage, Utexbel est spécialisée dans les textiles techniques ou à usage professionnel. Les marchés publics et les vêtements de travail représentent respectivement 40% et 45% de son CA, le reste étant réparti entre les marchés de la mode et les tissus techniques non-vestimentaires. Chaque année, 8000 tonnes de fils et 13 millions de mètres de tissus sortent de ses unités de fabrication situées en Belgique, en France et au Maroc qui emploient 900 personnes.                                                                                              

Utexbel participe actuellement à un projet mis en place par Retex, avec Centexbel et Laroche, fabricant de machines de recyclage pour la filière textile, sur le recyclage de vêtements en fin de vie (lire article XX + lien). « C’est un projet clé car il doit permettre de valider le processus du point de vue industriel », souligne Jean-Luc Derycke, directeur Développement Durable chez Utexbel. La filature moderne à haute vitesse impose l’élimination totale de tout point dur, ce que les tests doivent valider. Les fibres obtenues à partir de vêtements usagés sont par ailleurs relativement sèches et génèrent de l’électricité statique. Utexbel compense cet inconvénient par l’ajout des déchets fibreux de ses propres filatures. « Ces fibres n’ont pas été lavées et disposent encore de leur avivage, un lubrifiant utilisé en filature. Cela permet d’améliorer la qualité du fil recyclé », explique-t-il.

Astuces de fabrication

L’industriel déploie tout son savoir-faire pour obtenir un tissu recyclé de qualité. Ainsi, pour les variations de couleurs, tels les ganses noires qui bordent les vêtements hospitaliers en fin de vie actuellement en tests, ces sources de « contamination » ont été récupérées au tissage, par le choix de l’armure, et au niveau de la teinture. « Jusqu’à présent ce sont des fibres qui auraient été recyclées en non-tissés à plus faible valeur », rappelle Jean-Luc Derycke.

Les tests effectués sur des vêtements en polyester et/ou coton ont par ailleurs démontré que la proportion de coton baisse fortement après délissage et effilochage. Une pièce en 65% polyester/35% coton passera à 90%/10% en faveur du polyester. « La fibre synthétique résiste mieux à ces opérations, constate Jean-Luc Derycke. Mais il ne faut pas perdre de vue notre objectif final qui est de recycler ces vêtements en nouvelles tenues de travail. » Proposer un tissu à forte teneur en polyester recyclé pourrait diminuer son confort au porter.

La volonté d’Utexbel est de produire des fils recyclés pour ses propres unités de tissage et ainsi fournir des tissus sa clientèle habituelle. Ce sont des marchés où « il y a une forte demande de fils recyclés », confirme le directeur des ventes Johan Dewulf. 

Photo : © Utexbel