L’économie circulaire selon EnAdviS

04 juillet 2018

​Un cas d’école du recyclage, la société belge EnAdviS compte donner une deuxième vie à des non-tissés en polypropylène issus du monde médical.​

Le gisement a de vrais atouts pour un recyclage sans (trop de) perte de valeur. Il s’agit de panneaux utilisés pour envelopper les outils chirurgicaux lors de leur stérilisation. Ces pièces à usage unique et en 100% polypropylène ne sont jamais en contact avec un patient, a expliqué Dr Ann Van Den Bosch, directrice de la société EnAdviS, lors d’une journée d’information organisée par Retex au centre Centexbel-VKC de Courtrai. Le volume utilisé en Belgique est estimé à environ 800 tonnes par an.

Au lieu d’être incinérés après usage, les panneaux sont récupérés par une association d’économie solidaire et sociale et débarrassés de leurs étiquettes et adhésifs.

A la mi-juin, 10 tonnes avaient été collectés et dépouillés de leurs marquages. Mais pour lancer la transformation de ce premier lot en granulés, EnAdvis doit réunir au moins 50 tonnes. A terme, un flux de l’ordre de 200 tonnes par an doit pouvoir être généré. « C’est un des gros challenges », avoue Dr. Ann Van Den Bosch car « pour optimiser la valeur du matériau recyclé il faut pouvoir assurer un approvisionnement continu ». Si tout va comme prévu, ces panneaux non-tissés seront recyclés en jouets en plastique.

http://enadvis.be/