Effilochage, ou comment transformer un déchet textile en nouvelle matière première

14 septembre 2018

Une des trois principales méthodes de recyclage mécanique de textiles, avec le broyage et le compoundage, l’effilochage est la seule permettant d’obtenir une fibre susceptible d’être potentiellement filée à nouveau.

Dsc06473

La transformation de textiles usagés, vêtements, tapis ou autre, en matière première pour nouveau cycle d’usage passe par une série d’étapes violentes consistant à les découper et déchiqueter pour retrouver une matière fibreuse. Celle-ci subit ensuite différentes opérations d’affinage. L’activité a beaucoup évolué dans le temps et les entreprises qui restent se sont spécialisées dans une famille de "ressources".

Parmi les industriels issus de la filière linière, certains ont pris le virage du recyclage de déchets textile, dont les sacs de jute ou sisal utilisés pour le transport de graines de café ou de cacao, ou de fibres de kénaf, à l’instar de Procotex ou Derotex en Belgique. Le recyclage de tapis et moquettes, ainsi que les déchets de production de fils synthétiques est aussi lié à la présence de fabricants dans la région et du besoin de réduire les déchets, alimentant les machines chez Vanotex et Procotex, par exemple. 

20171013 101854 Procotex Warehouse

Pour les entreprises transformant des vêtements, l’approvisionnement varie selon les arrivages chez les collecteurs-trieurs. Ces ressources dépendent des déchets générés et des vêtements en fin de vie et nécessitent d’être adaptées à chaque filière d’utilisation pressentie. Ceci fait partie des challenges d’une entreprise comme Minot Recyclage Textile, basé à Billy Berclau, France.

La rentabilité de cette activité dépend du coût du tri initial, et Procotex, partenaire du programme Interreg Fibersort, compte sur la mise en route de cette machine de tri automatique aux Pays-Bas pour dégager de nouvelles opportunités. Les premiers essais réalisés sur des vêtements en maille sont prometteurs, note Bruno Douchy, un des quatre frères à la tête de l’entreprise familiale dont le siège est à Dottignies en Belgique. Ce type de gisement a l’avantage d’être "plus facile à ouvrir et effilocher" et bien qu’il représente un produit "à valeur basse, il est disponible en grandes quantités", précise-t-il.

Minot Recyclage Textile P1011240

Dans la préparation de fibres régénérées, les entreprises déploient leur savoir-faire non pas tant dans les processus de déchiquetage que dans les multiples opérations d’affinage et de mélange. Deux options se présentent, un système pneumatique répartissant les fibres par soufflage ou le cardage mécanique.

Les processus d’affinages et la qualité des fibres détermineront en grande partie la qualité du non-tissé ou celle du fil recyclé. Si la filière des non-tissés est moins exigeante, il est encore difficile d’imaginer la filature d’un fil composé de fibres 100% recyclées de vêtements usagés. Pour inciter les filateurs à intégrer une part recyclée dans leur production, il faudrait pouvoir obtenir des fibres aux propriétés mécaniques peu détériorés par les lavages et le premier cycle de vie du vêtement. Ceci requiert encore de la recherche et des tests, comme ceux en cours entre l’IFTH, Le Relais et le filateur UTT dans le cadre du projet Carefil.